CHEMIN DE CROIX POUR  L’ÉGLISE

PREMIERE STATION

Jésus est condamné à mort

Nous t'adorons, ô Christ et nous te bénissons... parce que tu as racheté le monde par ta sainte croix.

 

« Mon Père, si cette coupe ne peut passer sans que je la boive, que ta volonté soit faite » (Mt 26:42)

Lecteur :

O Jésus, En acceptant ta condamnation à mort, tu décides de l'avenir de tes disciples, qui seront eux aussi entraînés au sacrifice total. C'est toute l'Église que tu engages sur le chemin de la croix. Puisque son sort est lié au tien, et que sa mission continue la tienne, c'est par la souffrance qu'elle doit ouvrir aux hommes la voie du salut.

 

Seigneur Jésus, tu n'as pas refusé la coupe de la souffrance : Aide-nous à participer de toute notre âme au chemin de croix de ton Église entière !

 

DEUXIÈME STATION

Jésus est chargé de sa croix

Nous t'adorons, ô Christ et nous te bénissons... parce que tu as racheté le monde par ta sainte croix.

 

« Pilate leur livra Jésus pour qu'il soit crucifié, et ils se saisirent de lui. Jésus, portant lui-même sa croix, sortit en direction du lieu-dit en hébreu : Golgotha (nom qui se traduit : Calvaire, c'est-à-dire Crâne) » (Jn 19, 16-17)

 

O bon Pasteur, le poids de la croix, qui tombe si lourdement sur ton épaule, c'est le poids de l'Église que tu veux soulever et hausser jusqu'à une grande sainteté. Ce sont tous les pécheurs dont tu veux acquitter la dette, pour les transformer en âmes pures et neuves, et leur donner un nouvel élan vers le bien. En te chargeant de la croix, tu assures à l'Église la victoire sur le mal.

 

Seigneur Jésus, Aide-nous à accueillir pleinÈMEnt en nous cette innocence et cette

pureté auxquelles tu as voulu élever ton Église.

 

TROISIÈME STATION

Jésus tombe pour la première fois

Nous t'adorons, ô Christ et nous te bénissons... parce que tu as racheté le monde par ta sainte croix.

 

« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau léger » (Mt 11, 28-29)

 

O Jésus, Ta chute nous montre la puissance divine qui se manifeste dans la faiblesse humaine C'est à travers cette faiblesse que tu vas triompher. Ainsi en sera-t-il de l'Église, dont le cheminement sera alourdi par bien des faiblesses, sans cesser pour autant de progresser grâce à l'énergie irrésistible dont tu la dotes. Tu la veux humainement fragile pour la rendre divinement puissante.

 

Seigneur Jésus, Aide-nous à croire au destin victorieux de l'Église, malgré toutes les faiblesses dont nous pouvons être témoins.

 

QUATRIÈME STATION

Jésus rencontre sa mère

Nous t'adorons, ô Christ et nous te bénissons... parce que tu as racheté le monde par ta sainte croix.

 

« Vois, dit Syméon à Marie, ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division - Et toi-même, ton cœur sera transpercé par une épée. — Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d'un grand nombre » (Le 2, 34-35)

 

O Jésus, Parmi la foule qui t'entoure, un visage se détache, celui de ta mère. C'est la figure idéale d'une âme qui s'associe sans réserve à ton sacrifice. Marie réalise à la perfection ce qui sera la tâche de l’Église : s'unir à ton amour qui souffre. Dans ta mère qui devient mère des hommes, tu rencontres l’Église dans son plus admirable symbole.

 

Seigneur Jésus, ta mère ne cesse de te suivre même sur le chemin de ta souffrance. Aide-nous à nous attacher aux pas de Marie, pour mieux te rencontrer, et pour mieux nous unir, avec toute l'Église, à ton sacrifice !

 

CINQUIÈME STATION

Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix

Nous t'adorons, ô Christ et nous te bénissons... parce que tu as racheté le monde par ta sainte croix.

 

« Pendant qu'ils l'emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix pour qu'il la porte derrière Jésus » (Le 23, 26).

 

O Jésus, En te faisant assister par Simon de Cyrène, tu révèles ton désir de nous avoir tous pour compagnons dans ta montée au calvaire. Par la douleur et l'épreuve, tu veux nous faire entrer dans ton intimité. Aussi est-ce dans ses membres souffrants que l'Église est la plus proche de toi ; c'est par la croix que tu veux l'introduire le plus profondément dans ton amour.

 

Seigneur Jésus, à travers Simon de Cyrène, apprends-nous à venir en aide à tous nos frères qui portent leurs croix et Aide-nous à nous rapprocher de toi et de ton cœur au moment de la souffrance.

 

SIXIÈME STATION

Véronique essuie la face de Jésus

Nous t'adorons, ô Christ et nous te bénissons... parce que tu as racheté le monde par ta sainte croix.

 

« Comme Jean-Baptiste voyait Jésus venir vers lui, il dit : « Voici l'Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde » (Jn l, 29)

 

O Jésus, C'est à l’Église que tu as laissé le souvenir de ton visage de Rédempteur. Mieux que dans un linge, tes traits se sont imprimés dans les évangiles, dont l’Église est la gardienne et l'interprète. C'est elle qui nous parle de toi et de ton amour sauveur ; c'est par elle que tu veux nous transmettre la véritable image de ta face.

 

Seigneur Jésus à travers le geste de Véronique, Aide-nous à demeurer fidèles à l’Église, pour te connaître de plus en plus en ton authentique visage.

 

SEPTIÈME STATION

Jésus tombe pour la deuxième fois

Nous t'adorons, ô Christ et nous te bénissons... parce que tu as racheté le monde par ta sainte croix.

 

« Oui vraiment, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s'il meurt, il donne beaucoup de fruit » (Jn 12, 24).

 

O Jésus, Ta deuxième chute paraît une humiliation aux yeux de tous et fournit à tes ennemis l'occasion de nouvelles moqueries et de nouveaux outrages. Tu n'as pas voulu pour ton Église une superbe chevauchée, car tu la places aux antipodes de l'orgueil du monde, tu lui assignes une destinée où les humiliations et les

dérisions jouent leur rôle rédempteur.

 

Seigneur Jésus, Aide-nous à entrer sincèrementnt dans l'esprit d'humilité de l'Église, et à ne pas rougir d'elle devant les moqueries de ses adversaires !

 

HUITIÈME STATION

Des femmes de Jérusalem pleurent sur Jésus

Nous t'adorons, ô Christ et nous te bénissons... parce que tu as racheté le monde par ta sainte croix.

 

« Le peuple, en grand foule, le suivait, ainsi que les femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur Jésus. Il se retourna et leur dit : "Femmes de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ! Pleurez sur vous-mêmes et sur vos enfants !" » (Le 23:27 et s)

 

O Jésus, En t'apitoyant sur le sort des femmes de Jérusalem, c'est le malheur de tout un peuple que tu déplores. Ton regard s'étend à tous ceux qui résistent à ton appel, à tous ceux qui refusent d'adhérer à ton Église. Tu sympathises avec leur misère intime, et Tu désires les voir entrer finalement, pour leur plus grand bonheur, dans ton unique bercail.

 

Seigneur Jésus, Aide-nous à porter le témoignage de ton amour à ceux qui n'appartiennent pas encore à ton Corps Mystique !

 

NEUVIÈME STATION

Jésus tombe pour la troisième fois

Nous t'adorons, ô Christ et nous te bénissons... parce que tu as racheté le monde par ta sainte croix.

 

Caïphe, « Étant grand prêtre cette année-là, (...) prophétisa que Jésus allait mourir pour la nation ; et ce n'était pas seulement pour la nation, c'était afin de rassembler dans l'unité les enfants de Dieu dispersés » (Is 53:4).

 

O Jésus, Ta troisième chute met davantage en relief le courage indomptable avec lequel tu poursuis la route malgré ton épuisement. Elle annonce le courage de l'Église, accablée par ses persécuteurs et subissant apparemment de graves échecs, mais inlassable dans sa persévérance. C'est par les persécutions et les revers que tu veux la mener à son triomphe.

 

Seigneur Jésus dans ton relèvement Aide-nous à tenir bon dans les tempêtes qui secouent l'Église, et préserve la fidélité des chrétiens persécutés.

 

DIXIÈME STATION

Jésus est dépouillé de ses vêtements

Nous t'adorons, ô Christ et nous te bénissons... parce que tu as racheté Je monde par ta sainte croix.

 

« Quand les soldats eurent crucifié Jésus, ils prirent ses habits ; ils firent quatre parts, une pour chacun. Restait la tunique ; c'était une tunique sans couture, tissée tout d'une pièce de haut en bas. Alors ils se dirent entre eux : "Ne la déchirons pas, tirons au sort celui qui l'aura"» (Jn 19, 23-24).

 

O Jésus, Après avoir vécu dans la pauvreté, tu veux mourir dans le dépouillement total. À l'Église revient la tâche de continuer ici-bas ta vie exemplaire de pauvreté, et la générosité de ton dépouillement. Autant tu as chargé l'Église de tes richesses spirituelles, autant tu la désires entièrement détachée des biens de ce monde.

 

Seigneur Jésus, apprend-nous par ton dépouillement total à ne pas nous laisser attacher aux biens terrestres et à entretenir en nous un esprit de pauvreté, de désintéressement et de générosité.

 

ONZIÈME STATION

Jésus est cloué sur la Croix

Nous t'adorons, ô Christ et nous te bénissons... parce que tu as racheté le monde par ta sainte croix.

 

« Ma vie, nul ne la prend, mais c'est moi qui la donne. » (Jn 10,3 8)

 

O Jésus, Par les clous qui s'enfoncent dans tes mains et dans tes pieds, tu es le modèle de ceux qui, dans ton Église, endurent de grandes souffrances corporelles. Tu as sanctifié ces douleurs et tu en as fait un instrument de rédemption ; c'est pourquoi tu les envoies aux membres de ton Église, en même temps que la force nécessaire pour les supporter avec patience.

 

Seigneur Jésus, à travers ta croix apprends-nous à reconnaître dans toutes les douleurs, le prix du salut des âmes et le moyens d'expansion de ton Royaume.

 

DOUZIÈME STATION

Jésus meurt sur la Croix

Nous t'adorons, ô Christ et nous te bénissons... parce que tu as racheté le monde par ta sainte croix.

 

« II s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, jusqu'à la mort sur la croix. » (Ph2:8)

 

O Jésus, Tu es mort une fois sur la croix, mais tu renouvelles sans cesse ton sacrifice par ton Église. Chaque messe réitère mystérieusement ton offrande du Calvaire, ton abandon total au Père céleste dans un esprit d'obéissance et d'amour. Elle a pour but de nous y faire participer, de telle sorte que ton sacrifice devienne intégralement celui de l'Église.

 

Seigneur Jésus, par ta mort, tu as anéanti la mort, et l'espérance est née dans les cœurs des croyants. Aide-nous à joindre, par la messe, notre offrande personnelle à ton offertoire héroïque du Golgotha.

 

TREIZIÈME STATION

Jésus est descendu de la Croix

Nous t'adorons, ô Christ et nous te bénissons... parce que tu as racheté le monde par ta sainte croix.

 

« Tu seras plein de confiance, et ton attente ne sera plus vaine; tu regarderas autour de toi, et tu reposeras en sûreté. » (Job 11:18)

 

O Jésus, Tu as cessé de souffrir, mais celle qui reçoit ton corps dans ses bras, au moment où on le détache de la croix, n'a pas encore touché le terme de sa douleur. Le glaive de ta mort continue à lui transpercer le cœur. Elle prolonge ta Passion par sa compassion, et elle est l'image de l'Église qui reçoit ton corps pour perpétuer ton sacrifice.

 

Seigneur Jésus, toi qui n'abandonnes jamais ton troupeau, tu t'abandonnes dans les mains des hommes. Aide-nous à accueillir avec ferveur ton corps eucharistique, pour que puisse s'achever parfaitement, en nous, l'union à ton amour rédempteur.

 

QUATORZIÈME STATION

Jésus au tombeau dans J'attente de la résurrection

 

Nous t'adorons, ô Christ et nous te bénissons... parce que tu as racheté le monde par ta sainte croix.

 

« Joseph d'Arimathie alla trouver Pilate et demanda le corps de Jésus. Puis il le descendit de la croix, l'enveloppa dans un linceul et le mit dans un sépulcre taillé dans le roc, où personne encore n'avait été déposé » (Le 23, 53-54).

 

O Jésus, Dans ton ensevelissement, s'annonce symboliquement la présence cachée qui sera la tienne au milieu de ton Église. Tu as voulu disparaître aux yeux des hommes pour demeurer spirituellement parmi eux. La vie que tu donnes à l'Église est une vie cachée, plongée dans l'obscurité de la foi, nourrie par un invisible amour.

 

Seigneur Jésus, Toi qui gît parmi les morts en attendant ta résurrection bienheureuse, Aide-nous, avec toute l'Église, à croire malgré le voile du mystère, à espérer dans l'ombre, à aimer en silence.